Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
cyber-base des 2 Luys dans le Béarn

cyber-base des 2 Luys dans le Béarn

le blog de la cyber-base des 2 Luys est un portail de description de la vie de la cyber-base, des animations et des créations. Rencontre entre usagers, moment convivial. Surf recherche création apprentissage

j'voudrais le 6 à Méracq

Chers amis cyber-nautes

Aujourd'hui on reprend les collectes sur la mémoire, et cette année nous allons plutôt cibler nos recherches sur les objets.

Françoise nous a apporté deux photos d'objets (dont un "mystère") que nous vous présenterons plus tard.

Fernand , lui a ramener un "téléphone à poussoir" probablement des années 60 .

L'occasion de faire des recherches avec "notre ami de tous les jours: Google" sur ces téléphones, l'occasion aussi de raconter son expérience de la communication d'autrefois ...

Aujourd'hui avec les portables accrochés aux oreilles on a du mal à imaginer qu'autrefois il fallait passer par une opératrice pour avoir "sa" correspondance ... D'ailleurs en cherchant sur Internet , nous avons appris que les opératrices ou "demoiselles de téléphone" étaient exclusivement des célibataires à la moralité irreprochable: sans doute étaient-elles témoins de conversation très initimes. 

 http://sd-1.archive-host.com/membres/images/352027829/telephonepoussoir1.jpg

Test à la cyber-base "pour voir si ça marche"

(je vous le donne en mil : ça sonne : mais nous n'avons pas eu d'opératrice au bout du fil)

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/352027829/telephonepoussoir2.jpg

 

Fernand: 

Le téléphone de grand papa :

Il se composait d’un boitier assez austère noir ; auquel était relié par un fil de 1m 50. Un

imposant ensemble micro – écouteur de forme ronde avec une poignée bien conséquente,

assez lourde, qui occupait la main entière.

Un écouteur indépendant relié à l’appareil par un fil de 1m complétait l’ensemble.

Ce boitier était relié à une prise téléphonique apposée au mur. Pour l’utiliser, on prenait le combiné d’une main et de l’autre, on agitait le poussoir d’appel qui appelait une opératrice se trouvant dans un central régional qui demandait le numéro demandé et le numéro demandant .Au moyen de fiches jack la communication était établie .

 

Lucienne:

Loin des portables

J’ai connu l’époque où les possesseurs d’un téléphone étaient rares au village : commerçants , médecins, notables. Mon voisin était commerçant et quand on voulait nous parler, pour une raison importante, il venait nous chercher, nous habitions à 100 mètres et nous courions "à fond de train"  sans trébucher. Le téléphone était souvent placé derrière la porte de la salle à manger, je pense pour que la conversation soit plus discrète. Nous disions l’essentiel sans commentaires inutiles. Nous n’avions pas de barème pour le paiement, c’était un service entre voisins assez gênant d’ailleurs, on compensait par des cadeaux divers... Pour le service, également,  sans que l’on nous pose des questions directement on se débrouillait toujours pour nous faire dire le motif de la communication. Le progrès a permis plus d’égalité entre les gens.

 

Quand on allait dans la cabine du village, le numéro était 00 et nous payions le prix de la communication. Le central téléphonique était à la Poste et j’ai entendu dire que les standardistes se régalaient parfois des scènes de ménage téléphoniques entre des personnes qui, au village avaient « l’air bien sous tout rapport »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

syboule 18/02/2011 07:50



avec l'aimable participation de mon portable